Maladies de l'épaule

Dr Alain Iserin
IFCM
Clinique Victor Hugo
5 rue du Dôme
75116 PARIS

Téléphone01 53 65 53 53
Plan d'accèsPlan d'accès



 
> Accueil > Les maladies de l'épaule > Les tendons de la coiffe > Les ruptures des tendons de la coiffe des rotateurs

Les ruptures des tendons de la coiffe des rotateurs




La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une source très commune de douleurs de l'épaule.

L'incidence des lésions des tendons de la coiffe augmente avec l'âge. Elle est  plus souvent en rapport avec une dégénérescence des tendons plutôt qu'avec une déchirure traumatique.

 

 

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE

La coiffe des rotateurs est constituée de cinq muscles se prolongeant par leurs tendons qui s'attachent tout autour de la tête de l'humérus, entourant ainsi cette  tête humérale. Ce sont : le sus-épineux, le sous-épineux, le sous-scapulaire, le petit rond et le tendon du long biceps.

Cet ensemble muscles - tendons sert à donner la force pour lever le bras et le tourner. Il contribue également à la stabilité de l'épaule. Le tendon du sus-épineux est le plus fréquemment impliqué dans les ruptures dégénératives. Très souvent la rupture est uniquement dégénérative. Mais un traumatisme peut venir aggraver une usure préexistante.

 

 

SYMPTOMES

La rupture dégénérative est donc de loin la cause la plus fréquente des ruptures de la coiffe des rotateurs. Son incidence augmente avec l'âge et l'utilisation de l'épaule notamment lors de mouvements répétitifs ou de mouvements de force. Les ruptures traumatiques peuvent survenir après un faux mouvement ou une chute, ou encore  être favorisées chez le sportif par les micro-traumatismes (gestes répétitifs).

Les symptômes de la rupture de la coiffe des rotateurs sont essentiellement de deux ordres :

Le diagnostic de la rupture de la coiffe des rotateurs est basé sur l'histoire naturelle des symptômes, l'âge du patient, l'existence éventuelle d'une notion traumatique.

 

Le praticien par l'examen clinique cherchera à mettre en évidence :

LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES

TRAITEMENT

Le traitement dépend de plusieurs facteurs, notamment : de l'âge du patient, de l'importance de la gêne dans la vie quotidienne ou dans le cadre d'une activité sportive, ou encore de la taille de la rupture.

Deux options de traitements peuvent être envisagées :

Le traitement conservateur

Le traitement chirurgical

  1. à rattacher le ou les tendons sur la tête de l'humérus à l'aide de fils de suture, et
  2. à ôter le bec osseux présent au-dessous de l'acromion, qui contribuait à l'accrochage du tendon lors des mouvements provoquant la douleur.
  1. Ce geste est réalisé par une ouverture chirurgicale (« à ciel ouvert ») ou bien sous caméra, c'est-à-dire sous arthroscopie. Le choix entre les deux types de techniques dépend de la taille et de la nature de la rupture, mais surtout  de l'expérience du chirurgien,le geste de suture arthroscopique restant du domaine de l'hyperspécialiste.
  1. Si les tendons de la coiffe sont trop rétractés et qu'une réparation est impossible :
  2. un simple geste sous arthroscopie est indiqué si le bras arrive à monter seul.
  3. une prothèse inversée est envisagée si le bras n'a plus aucune force pour monter.

COMPLICATIONS

La réparation de la coiffe des rotateurs est de pratique courante, et les complications post-opératoires restent exceptionnelles. On peut noter toutefois l'existence des complications suivantes :

SUITES OPERATOIRES ET REEDUCATION

Lorsque l'on répare les tendons de la coiffe des rotateurs et qu'on les rattache à l'os, il est fondamental de protéger cette suture afin de faciliter la cicatrisation du tendon sur l'os, à l'aide d'une attelle d'immobilisation conservée pendant trois semaines. Cette attelle est portée en permanence, mais peut être ôtée le matin pour faire sa toilette.

Au terme de ces trois semaines d'immobilisation, et après ablation de l'attelle, le premier temps de la rééducation se fait seul, allongé sur son lit, en mobilisant son bras vers l'avant à l'aide d'un bâton ou du bras valide.

Dès que la douleur aura disparu et que la majeure partie de la mobilité du bras aura récupéré, on conseille alors l'assistance d'un kinésithérapeute qui veillera au renforcement musculaire.

EN RESUME

La rupture de la coiffe des rotateurs est une pathologie fréquente chez les sujets au-delà de cinquante ans. Elle occasionne souvent des douleurs invalidantes. Dans ces conditions une réparation des tendons de la coiffe permet, dans la grande majorité des cas, une restauration de la fonction et une suppression d'une grande partie des douleurs. Si le geste chirurgical est simple, les suites opératoires sont longues, puisque le résultat d'une réparation de la coiffe des rotateurs se juge au terme de 4 à 6 mois.

Visualisez la galerie
Réalisation Kahiloa S&C
|Contactez-nous|Plan du site|Mentions